Pocket Jeunesse

Le prince des Ténèbres (TMI) – Cassandra Clare

1504360266-chronique

 

 

 

the-mortal-instruments---renaissance,-tome-2---le-prince-des-t-n-bres-1045514-264-432.jpg

Article 1 : la princesse de la nuit

9

Date de sortie:  5 avril 2018
Éditions: Pocket Jeunesse
Thème:  Fantastique 
Prix: 20 euros 90

11

Les sentiments d’Emma pour Julian, son parabatai, font obstacle à sa mission. Pourtant, la jeune Carstairs l’a appris à ses dépens : leur amour est interdit, et pire ! il pourrait les détruire tous les deux. La Chasseuse d’Ombres sait qu’elle devrait fuir… Pourtant, alors que l’étau se resserre dangereusement autour des Blackthorn, Emma ne peut se résoudre à les abandonner. Leur dernière chance est cachée entre les pages d’un grimoire aux terribles pouvoirs : le Livre Noir. Mais tous souhaitent s’en emparer. La guerre n’a jamais été aussi près d’éclater…

10

Après une année d’attente j’ai dévoré ce pavé et sans grande surprise. Après onze tomes je ne me lasse pas du monde des Chasseurs d’Ombres.

La famille Blackthorn va vite comprendre que ce n’est pas la mort du sorcier Malcool qui va résoudre leurs problèmes. Ils vont même devoir faire alliance avec la Reine des fées alors que c’est interdit à cause de la paix froide. La relation d’Emma et Julian devient de plus en plus compliquer et Christina comprend qu’elle ne peut pas échapper à son passé…

Je suis toujours autant impressionnée par Cassandra Clare et son univers. Il est toujours aussi surprenant et sa plume est toujours aussi addictive. Cependant, je n’ai pas retrouvé comme à chaque fois cette étincelle quand je lis TMI. J’avais l’impression de déjà-vu dans certains passages et en plus le manque d’action n’a pas arrangé les choses. En effet, pour moi La Princesse de La nuit est un tome de transition qui permet d’annoncer une suite époustouflante. Toutefois l’intrigue est juste folle, comme d’habitude on ne peut pas savoir la fin et on est sur le cul quand on termine la dernière page. Les décors et la couverture du roman sont incroyables.

 Encore une fois Cassie Clare arrive a crée des personnages  INCROYABLES, PÉTILLANTS, ATTACHANTS, MAGNIFIQUES, EXCEPTIONNELS !  Les personnages sont matures et indépendants, c’est un plaisir de les suivre. Julian restera mon coup de coeur de cette trilogie je pense. Comment nous ne pouvons pas craquer pour sa gentillesse, sa beauté, son courage ?  Tellement touchant, j’avais tellement envie de l’aider dans son fardeau, à 12 ans il élevait déjà quatre enfants. Et l’amour qu’il porte à Emma est tellement fort qu’il m’a ému. Emma est un incroyablement forte, elle se distingue particulièrement de Clary qui était pour une héroïne monotone. Cependant des passages d’Emma et Christina m’ont beaucoup manqué et je trouvais leur amitié beaucoup moins touchante et plus superficielle. Mark a enfin retrouvé sa place de grand frère, et pour cause il a enfin pris confiance en lui. Il est tiraillé par son amour pour Kieran, un jeune homme qui change progressivement malgré son enfance difficile et Christina, une sublime, courageuse fille. Alors que dans La princesse de la nuit Livvy, Tavvy et Ty sont en retrait dans ce tome deux ils prennent une place importante et indispensable. Ty est une des révélations de ce deuxième tome. En effet j’ai adoré sa manière de percevoir les humains. Il n’attend rien d’eux et il ne juge pas.  J’ai aussi particulièrement adoré le nouveau personnage de Kit, un voleur qui a grandi dans un danger constant. Cassie a créé un personnage très décalé et réaliste.

Un final bouleversant, j’ai encore une fois été surprise ! Chaque fois que je décrochais de l’histoire, Cassandra Clare a réussi à me rappeler pourquoi j’aime autant son univers et ses personnages.  Je suis encore une fois triste de quitte ce monde fabuleux de chasseur d’ombre.  Et j’attends sans surprise avec une grande impatience  « Queen of Air and Darkness » qui s’annonce mouvementer. 

17

« Il ferma les yeux pour chasser les reflets aveuglants de l’océan au loin et oublia la terre ferme sous ses pieds ainsi que le monde autour de lui. Seul comptait le contact réconfortant de cet autre corps contre le sien. »


Retrouvez : 

J’ai égaré la lune – Erwan Ji. Imaginer la pluie – Santiago Parajes Elle s’appelait Sarah – Tatiana De Rosnay

Publicités
Pocket Jeunesse

Winter – Marissa Meyer

1504360266-chronique

les-chroniques-lunaires,-tome-4---winter-724891-264-432

Retrouvez mes précédents articles sur les chroniques lunaires, Cinder, tome 1,  Scarlet, tome 2, Cress, tome 3

9

Date de sortie: 21 avril 2016
Éditions: Pocket Jeunesse
Thème: Science-fiction
Prix: 22 euros 9011

On dit que Winter est encore plus belle que la reine Levana… La princesse déteste sa belle-mère, qui désapprouve ses sentiments pour Jacin, le séduisant garde du palais. Mais Winter n’est pas aussi faible que Levana le croit. Avec l’aide de Cinder et de ses alliés, elle aurait même le pouvoir de lancer une révolution et de gagner cette guerre qui dure depuis trop longtemps. Cinder, Scarlet, Cress et Winter réussiront-elles à battre Levana ? Le conte aura-t-il une fin heureuse ?

97822211592

Un quatrième tome que je voulais absolument lire grâce à Cress qui a été un énorme coup de cœur. Cependant, j’ai dû attendre quelques mois avant de pouvoir me le procurer puisqu’il est assez cher !

Dans ce dernier tome, nous allons retrouver tous les personnages depuis le tome 1, ils veulent détruire la monarchie de Levana. Mais ils ont besoin de la princesse Winter qui est aimée de tous sauf qu‘elle est atteinte du mal lunaire puisqu’elle ne veut pas utiliser son pouvoir sur les autres. Sera d’elle un problème ou un réel atout pour notre petite bande ?

C’est dans ce dernier tome que je me suis vraiment rendu compte que l’univers est très bien fait ! Marissa Mayer a réussi à embouter ses quatre tomes pour qu’il y ait une cohésion parfaite ! Cependant, j’ai trouvé ce tome trop long de ce fait je me suis lassée très vite de l’intrigue. Je comprends qu’il fasse mille pages puisqu’on suit huit personnages principaux et qu’il y a une rébellion qui se prépare mais j’ai trouvé qu’il avait beaucoup trop de répétition et peut d’action pour un final. Une intrigue et un scénario toujours aussi bien ficelés, qui rend cette réécriture de compte très réaliste !

Des personnages incroyables avec un passé et un caractère à eux. Winter est très atypique et attachante, elle ne veut pas ressembler à son horrible belle-mère de ce fait elle n’utilise pas son pouvoir jusqu’à même être malade. Le fait, qu’elle ne soit pas parfaite et même un peu folle m’a beaucoup plu. Il n’y a pas de princesse sans son prince et donc nous retrouvons Jacin qui protège Winter au dépens de sa propre vie. Il m’a beaucoup touché car l’amour qu’il lui porte est sincère. Cependant, il m’a manqué un peu de loup et de Scarlet qui sont un peu effacés par rapport aux autres dans ce tome. Thorne toujours aussi maladroit avec notre petite et sensible Cress. Grosse évolution de Cinder dans ce tome et je l’ai énormément aimé ! Elle se bat pour les personnages qu’elle aime et ses idées ! Des personnages qui se complètent merveilleusement bien. 

 

Même si j’ai tourné les cinq-cents premières pages avec difficulté, la plume de Marissa Meyer reste toujours aussi addictive.  De plus la réécriture de conte est vraiment réalisé à la perfection. Les différents points de vue donnent une bonne dynamique au récit et  j’ai particulièrement adoré les passages de Cinder et de Thorne qui sont mes personnages favoris des Chroniques Lunaires.

En conclusion, je suis triste d’avoir quitté ses personnages que j’ai tant adoré. Marissa Meyer prouve qu’elle a un très grand talent et qu’elle sait trouver une cohésion pour rendre ses histoires merveilleuses. 

17

« – J’ai besoin de lui autant qu’il a besoin de moi. Ça n’en fait pas de l’amour pour autant. Winter baissa les yeux

– En réalité, mon amie, je crois que c’est précisément ce qui en fait de l’amour. »


Retrouvez aussi:

lux,-tome-1---obsidienne-494937-264-432 9782266274630  nil,-tome-1---nil-703221-264-432 (1)

 

Pocket Jeunesse

Maybe Someday – Colleen Hoover

1504360266-chronique

9782266274630

9.jpgDate de sortie : 4 mai 2016 (poche)

Éditions: Pocket Jeunesse

Thème: Romance

Prix: 7 euros 80

11

Sydney, 22 ans, a tout pour elle : le mec parfait, Hunter, un bal avenir et un superbe appart’ en coloc avec sa meilleure amie. Jusqu’au jour où, grâce à Ridge, son mystérieux voisin musicien, elle tombe de haut : Hunter la trompe dès qu’elle a le dos tourné. Sydney décide alors de tout plaquer. Faute de moyen, elle est hébergée par Ridge. Ensemble, ils composent des chansons. Elle vibre lorsqu’il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare. Mais le cœur de Ridge est pris depuis bien longtemps. Pourtant, de son côté, il ne peut ignorer la force silencieuse qui le pousse vers Sydney. Ensemble, ils vont comprendre que les sens ne peuvent jamais trahir le cœur… Quand l’amour en dit davantage que la plus belle des chansons…

10

Un roman que j’avais très envie de lire depuis un long moment mais visiblement j’en attendais trop puisque j’ai été un peu déçue.

Sydney écoute Ridge,  son voisin d’en face faire de la guitare tous les soirs. Le jour où elle découvre que son copain la trompe avec sa meilleure amie, elle va trouver refuge chez ce mystérieux musicien. Elle peut rester mais à une condition, elle doit écrire pour le groupe Sounds of Cedar puisque Ridge a le cynodrome de la page blanche.

Maybe Someday est l’un des romans les plus célèbre de Colleen Hoover et je comprends il est unique… Malheureusement, j’ai trouvé que l’histoire tournée un peu en rond. Le rythme s’essouffle au fil des pages donc je me suis un peu lacée pour être honnête. Cependant, cette romance reste très addictive.

Une romance avec beaucoup d’originalité. L’amour se développe grâce à la musique, elle vit avec les paroles de nos deux musiciens. On le ressent, il est puissant mais l’amour ne peut vivre que quelques heures car Ridge appartient à une autre. J’ai été brisé, je voulais tellement que cet amour puisse être libre mais j’ai adoré la complexité et l’originalité de la relation. Les personnages de Colleen Hoover toujours autant attachants. Elle a rendu ses personnages tellement humains qu’on est obligé de les aimer. De plus j’ai trouvé qu’ils étaient tous intéressants chacun à leur façon.

Une fin très décevante pour moi, il m’a manqué quelque chose pour que Maybe Someday soit un coup de cœur. C’était très bien partie au début jusqu’au moment où j’ai commencé à me lacer. Colleen Hoover a une plume incroyable, elle sait faire vivre ses histoires comme personne d’autre. Elle nous fait passer par une multitude d’émotion qui arrive à briser notre cœur.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé mais je suis plutôt mitigée. Le manque de rebondissement m’a dérangé, j’avais une impression que la relation de nos deux protagonistes n’avançait pas. Pour moi, Coollen Hoover a fait beaucoup mieux comme Ugly Love que j’avais adoré !

15

« Le désir est facile à vaincre. Ce n’est pas aussi facile quand on essaie de remporter une guerre contre son cœur »


Retrouvez:

nil,-tome-1---nil-703221-264-432 (1) 51UTuv3Yf+L._SX340_BO1,204,203,200_  287879

Pocket Jeunesse

Nil, tome 1 – Lynne Matson

1504360266-chronique

nil,-tome-1---nil-703221-264-432 (1)

9.jpgDate de sortie: 18 février 2016

Éditions: Pocket Jeunesse

Thème: Science Fiction

Prix: 18 euros 50

11

Charley se réveille sur une île somptueuse qui ne figure sur aucune carte. Elle y survit tant bien que mal avant de rencontrer Thad, le leader du clan des humains présents sur Nil. Il lui apprend la vérité, glaçante : pour quitter cet enfer paradisiaque, il faut trouver une des portes qui apparaissent au hasard sur l’île …Il n’y en a qu’une par jour. Une seule personne peut l’emprunter. Pire encore, les adolescents n’ont qu’un an pour s’échapper. Sinon, c’est la mort.Le compte à rebours a déjà commencé…

10

Nil est un roman explosif que j’ai mis beaucoup de temps à sortir de ma PAL puisqu’il est très populaire et j’avais peur d’être déçue.

Charley est transporté par une porte mystérieuse sur une île paradisiaque. Une île qui se transforme en enfer quand elle trouve des d’adolescents qui lui apprennent qu’elle a 365 jours pour attraper une porte. Une porte qui signifie  le retour à la vie réelle.

Je n’ai pas totalement été transportée par ce roman même si dans l’ensemble j’ai bien aimé.  L’idée est très originale mais je n’ai pas trouvé cela extraordinaire. Pour moi, l’univers n’a pas été assez abouti et je trouve qu’il manquait de crédibilité. Cependant, il y a énormément de suspense et d’action ce qui m’a permis de ne pas décrocher de ma lecture. Les décors sont époustouflants et permettent de voyager complètement avec Charley.

La romance est peu crédible à cause de sa rapidité. En effet, le coup de foudre entre Thad et Charley était totalement prévisible dès la première ligne. Le fait qu’ils sont en danger de mort peut crédibiliser la chose mais la romance reste trop fleur bleue.

Des personnages secondaires qui sont trop peu exploités mais très attachants. J’aurais aimé beaucoup moins de personnages secondaires pour qu’on puisse mieux les découvrir. En effet, j’ai trouvé que l’histoire été trop centrée sur nos deux protagonistes et cela devient un peu lassant à force.

La plume de l’auteur n’est pas extraordinaire mais elle suffit pour nous transporter dans une aventure folle en émotion. J’ai été sous le charme des points de vue alternés qui donnent un dynamisme à Nil. Même si l’histoire est clichée, on n’a sans cesse peur pour nos protagonistes. De plus j’ai trouvé la fin très surprenante ce qui m’a tenu en haleine.  En effet, j’ai eu très peur d’avoir une fin très prévisible qui ne me donne pas envie de lire le deuxième tome.

Pour conclure avec du recul je suis un peu mitigée de ma lecture. Mais ce roman a le mérite d’être intriguant et original. Une aventure palpitante que je viens continuer avec Les secrets de Nil. 14

 

 

« Sur Nil nous venons, de Nil certains s’en vont, d’autres comme moi resteront. L’horloge ne s’arrête pas, notre temps s’écoule à grands pas, et Nil fera ce qui lui plaira. »


Retrouvez:

images (2) 51UTuv3Yf+L._SX340_BO1,204,203,200_  287879

Pocket Jeunesse

Cress – Marissa Meyer

1504360266-chronique

couv12881145

Retrouvez mes précédents articles sur les chroniques lunaires, Cinder, tome 1,  Scarlet, tome 2

9

Date de sortie: 16 octobre 2014
Éditions: Pocket Jeunesse
Thème: Science-fiction
Prix: 18 euros 50.11

Le sort de la Terre est dorénavant entre les mains de Cinder et de ses compagnons. Ils doivent à tout prix empêcher le mariage de l’empereur Kaito avec la terrifiante reine Levana.Cress, hackeuse de génie, enfermée dans un satellite depuis sa naissance, est la seule à pouvoir les aider. Mais peut-on vraiment lui faire confiance ?

97822211592

Un troisième tome que je n’avais pas prévu d’acheter avant un moment mais je me suis rendu dans une  librairie et il était à 16 euros 90 au lieu de 18 euros 90, j’ai profité de l’occasion ! Un deuxième coup de cœur pour cette saga ! J’ai trouvé que Scarlet était un peu moins bon que Cinder. Cependant Cress a surpassé les deux précédents tomes à mes yeux !

Cress est une lunaire vivant depuis ses 10 ans dans un satellite, enfermée depuis son plus jeune âge elle veut aider Cinder et ses amis à renverser Levana. Cinder et ses amis décident d’aller la libérer mais ils se font piéger par la maîtresse de la lunaire. Donc les amis sont séparés…

Les Chroniques Lunaires sont vraiment des valeurs sûres et après ma panne de lecture d’un mois, j’ai compris qu’il fallait un roman comme celui-là pour m’en sortir. Mais ce tome est magistral ! Il est meilleur que les deux premiers à mes yeux. Tout d’abord, il est beaucoup moins prévisible que Cinder et Scarlet par conséquent j’ai été beaucoup plus surprise. De plus, l’univers et le scénario incroyablement bien ficelés, et rend ce roman très réaliste.

Cress est beaucoup plus attachante que Cinder et Scarlet. Elle est beaucoup plus fragile, dans certaines scènes, elle m’a fait penser à une enfant qui découvre le monde. J’ai adoré sa relation avec Thorne beaucoup plus que celle de Loup et Scarlet qui est beaucoup plus niaise. Thorne est la révélation de ce tome. Marissa Meyer, nous montre ses autres facettes, il n’est plus complètement le clown qui fessait toujours des blagues dans le tome 2 . Cependant, Thorne et Loup restent toujours aussi mystérieux. Cinder reste toujours là même, mais je ne supporte pas trop son côté  »je suis une princesse, c’est moi qui doit sauver le monde ». Scarlet est la seule qu’on ne retrouve presque pas dans ce tome 3, j’ai vraiment hâte de la retrouver dans le Winter.

La plume de Marrissa Meyer est toujours aussi addictive, j’ai tourné les pages sans me rendre compte. De plus la réécriture de conte est vraiment réalisé à la perfection. Je n’ai pas ressenti de longueur même avec ses 650 pages, il y a aucun temps mort. Je pense que c’est grâce aux différents points de vue qui donne une bonne dynamique au récit et  j’ai particulièrement adoré les passages dans le Sahara avec Thorne et Cress qui sont des personnages incroyables. Enfin, j’ai adoré avoir des informations sur Winter, cela m’a donné l’eau à la bouche pour la suite !

En conclusion, cela a été un bonheur de retrouver Les Chroniques Lunaires, Marissa Meyer prouve une troisième fois qu’elle a beaucoup de talent. Ce tome est un gros coup de cœur grâce à ses personnages géniaux, à l’univers et au scénario. Je vais bientôt lire le hors-série consacré à Levana qui m’a l’air génial, j’en ai entendu que des très bons avis.

18

« Tu pourras m’aider à choisir un diadème une fois qu’on aura sauvé le monde »


Retrouvez aussi:

couv75183323 91nqokzuvdl  Le-labyrinthe

Pocket Jeunesse

Carry On – Rainbow Rowell

1504360266-chronique

couv75183323

9

Date de sortie: 5 janvier 2017

Éditions: Pocket Jeunesse

Thème: Fantasy

Prix: 18 euros 90

11

Une histoire d’amour profondément émouvante et complètement envoûtante dans un univers effrayant de monstres et de fantômes… Un cocktail aussi surprenant que captivant ! Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

10

Je ne savais même pas l’existence de Carry On avant le salon du livre de Paris ! J’ai découvert Rainbow Rowell avec sa sublime romance Eleanor & Park que j’avais adoré. Avant que je commence Carry On j’avais demandé si je devais lire Fangirl étant donné qu’ils sont liés. Personnellement ne pas lire Fangirl ne m’a pas empêché d’aimer Carry On.

Simon Snow est un magicien, il rentre en dernière année à Wartford. Il est destiné à sauver le monde de la magie du perfide Humdrum. Simon a un pouvoir qu’il ne peut pas contrôler, une petite amie qui veut rompre, un colocataire de chambre disparu. Comment va-t-il faire pour détruire le Humdrum alors qu’il n’a pas l’allure de l’élu.

Je suis une Potterhead et je n’ai malheureusement pas réussi à me sortir de la tête Harry Potter au début. En effet j’ai eu beaucoup de mal à différencier les deux romans étant donné que j’ai trouvé que l’univers de Carry On a été un peu bâclé avec le manque de description et d’explication. De plus il y a beaucoup de similitudes, un élu avec ses deux amis et un directeur qui le protège, un ennemi juré et enfin un méchant. 

Cependant je me suis laissée envoûter une seconde fois dans l’univers de Rainbow Rowell même avec ses défauts. J’ai énormément apprécié ce roman, l’univers est original même avec les références liées à Harry Potter et son manque approfondissement. La lecture est fluide grâce à la diversité des chapitres puisqu’on a les points de vue de Simon, Penny, Baz, Agatha et d’autres personnages qui interviennent dans l’histoire.

Une première partie très longue jusqu’au moment déclencheur, le retour de Baz. A ce moment là on découvre des personnages hauts en couleur. Comme Pénélope qui m’a fait penser à Hermione, très intelligente et perspicace. Gros coup de cœur pour Baz qui est un personnage très intéressant dans ses attitudes et sa personnalité.  Au contraire d’Agatha que j’ai détestée car j’ai trouvé qu’elle était un peu gamine dans ses réactions mais j’ai trouvé qu’elle était très intéressante pour ses idées de vivre sans magie. Simon notre héros, j’ai trouvé qu’il était très courageux mais un poil débile. J’aurais aimé avoir un personnage plus combattant et déterminer mais j’ai adoré son dévouement pour la cause de Baz.

Cependant j’aurais  aimé que la romance entre Simon et Baz soit beaucoup plus exploitée. J’ai vraiment eu l’impression que Carry On était un résumé de l’histoire d’amour entre ses deux garçons. Néanmoins l’intrigue reste palpitante et très bien ficelée et la plume de Rainbow Rowell reste toujours aussi addictive et fluide.

Au final,  ce roman a été une belle grande surprise. Une très belle découverte qui aurait pu être beaucoup plus développé sur certains points. Je vais  lire Fangirl l’année prochaine. 15

« Il secoue la tête, et il dit quelque chose, et je pense que je pourrais l’embrasser. Parce que je n’ai jamais embrassé quelqu’un auparavant. Et que je n’ai jamais voulu embrasser quelqu’un d’autre que lui. »


Retrouvez aussi:

91nqokzuvdl     Le-labyrinthe     la-selection,-histoires-secretes---la-reine-et-la-preferee-686139-264-432

Pocket Jeunesse

Le labyrinthe – James Dashner

1504360266-chronique

 ,Le-labyrinthe

9Date de sortie: 4 octobre 2012
Éditions: Pocket Jeunesse
Thème: Science-fiction
Prix: 18 euros 50.

11

Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier… Il se retrouve entouré d’adolescents dans un lieu étrange, à l’ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d’acier. Chaque nuit, le plan en est modifié.

Thomas comprend qu’une terrible épreuve les attend tous. Comment s’échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire…10

Le labyrinthe était dans ma pal depuis 6 mois et je viens de le sortir car j’ai acheté le tome 2 en occasion le mois dernier.

Thomas a perdu la mémoire. Il sait une seule chose, son prénom. Il atterrit dans un mystérieux labyrinthe immense. Il fait la rencontre de plusieurs adolescents, tout aussi amnésique que lui qui sont dans le labyrinthe pour certains depuis 2 ans. Les garçons ont instauré un système permettant d’avoir une communauté très soudée dans laquelle les garçons s’aident les uns les autres à leurs manières. Ils ont leurs propres architectures, langages, leur propre gouvernement commander par des matons. Mais quand Thomas arrive dans le camp, le quotidien des adolescents est bouleversé. Le lendemain de l’arrivé de Thomas, une fille arrive alors que le camp est composé exclusivement de garçon, un griffeur est retrouvé mort dans le Labyrinthe alors qu’aucun coureur n’a jamais vu cela en 2 ans…

Le point de vue omniscient m’a légèrement dérangé. Il ne permet pas de s’attacher complètement à Thomas. De plus j’attache une grande importance aux personnages et j’ai trouvé que James Dashner n’a pas assez développé ses protagonistes. Les personnages manquaient de cratères, ils n’étaient pas assez humanisés pour moi. Sans ce problème de personnage, Le labyrinthe aurait été surement un coup de cœur.

L’univers de James Dashner m’a charmée,  il m’a captivé jusqu’à la fin. L’univers est angoissant et très bien ficelé. Ce roman a suscité une angoisse et une excitation en  même temps, j’avais envie de dévorer chaque page pour savoir ce qu’il allait se passer pour nos héros. L’intrigue m’a littéralement époustouflé. Ce fut une lecture qui a suscité en moi énormément d’émotions, de l’angoisse particulièrement. J’avais peur constamment, un moment quand Thomas est encerclé par les griffeurs dans le roman, j’étais tellement prise par l’histoire que je n’osais même plus mettre mes pieds au sol pour prendre ma bouteille d’eau !

L’absence du coup de coeur est donc à cause de Thomas. Il m’a agacé dans son entêtement à tout savoir. Je me suis pas attachée à lui mais à d’autres comme Chuck le plus jeune de la bande que j’ai beaucoup apprécié, très drôle et très malin. Minho est mon petit coup de cœur de ce premier tome,  très humain contrairement à Tom.

J’avais lu les trente premières pages la semaine dernière mais sinon j’ai lu le reste en moins de 24 heures. Il y a des chapitres très court et les informations sur l’intrigue sont distribué en compte-gouttes et cela permet d’avoir une bonne dynamique ! De plus l’action est omniprésente et les rebondissements ne manquent pas pour avoir un roman très palpitant !  

Ce roman n’est finalement pas un coup de cœur mais ne très bonne lecture. La plume de l’auteur est très addictive et prenante. J’ai hâte de découvrir la Terre brûlée qui est le second opus de la trilogie.17

« On ne devrait jamais s’en vouloir de pleurer. Jamais. »