Pocket Jeunesse

Le prince des Ténèbres (TMI) – Cassandra Clare

1504360266-chronique

 

 

 

the-mortal-instruments---renaissance,-tome-2---le-prince-des-t-n-bres-1045514-264-432.jpg

Article 1 : la princesse de la nuit

9

Date de sortie:  5 avril 2018
Éditions: Pocket Jeunesse
Thème:  Fantastique 
Prix: 20 euros 90

11

Les sentiments d’Emma pour Julian, son parabatai, font obstacle à sa mission. Pourtant, la jeune Carstairs l’a appris à ses dépens : leur amour est interdit, et pire ! il pourrait les détruire tous les deux. La Chasseuse d’Ombres sait qu’elle devrait fuir… Pourtant, alors que l’étau se resserre dangereusement autour des Blackthorn, Emma ne peut se résoudre à les abandonner. Leur dernière chance est cachée entre les pages d’un grimoire aux terribles pouvoirs : le Livre Noir. Mais tous souhaitent s’en emparer. La guerre n’a jamais été aussi près d’éclater…

10

Après une année d’attente j’ai dévoré ce pavé et sans grande surprise. Après onze tomes je ne me lasse pas du monde des Chasseurs d’Ombres.

La famille Blackthorn va vite comprendre que ce n’est pas la mort du sorcier Malcool qui va résoudre leurs problèmes. Ils vont même devoir faire alliance avec la Reine des fées alors que c’est interdit à cause de la paix froide. La relation d’Emma et Julian devient de plus en plus compliquer et Christina comprend qu’elle ne peut pas échapper à son passé…

Je suis toujours autant impressionnée par Cassandra Clare et son univers. Il est toujours aussi surprenant et sa plume est toujours aussi addictive. Cependant, je n’ai pas retrouvé comme à chaque fois cette étincelle quand je lis TMI. J’avais l’impression de déjà-vu dans certains passages et en plus le manque d’action n’a pas arrangé les choses. En effet, pour moi La Princesse de La nuit est un tome de transition qui permet d’annoncer une suite époustouflante. Toutefois l’intrigue est juste folle, comme d’habitude on ne peut pas savoir la fin et on est sur le cul quand on termine la dernière page. Les décors et la couverture du roman sont incroyables.

 Encore une fois Cassie Clare arrive a crée des personnages  INCROYABLES, PÉTILLANTS, ATTACHANTS, MAGNIFIQUES, EXCEPTIONNELS !  Les personnages sont matures et indépendants, c’est un plaisir de les suivre. Julian restera mon coup de coeur de cette trilogie je pense. Comment nous ne pouvons pas craquer pour sa gentillesse, sa beauté, son courage ?  Tellement touchant, j’avais tellement envie de l’aider dans son fardeau, à 12 ans il élevait déjà quatre enfants. Et l’amour qu’il porte à Emma est tellement fort qu’il m’a ému. Emma est un incroyablement forte, elle se distingue particulièrement de Clary qui était pour une héroïne monotone. Cependant des passages d’Emma et Christina m’ont beaucoup manqué et je trouvais leur amitié beaucoup moins touchante et plus superficielle. Mark a enfin retrouvé sa place de grand frère, et pour cause il a enfin pris confiance en lui. Il est tiraillé par son amour pour Kieran, un jeune homme qui change progressivement malgré son enfance difficile et Christina, une sublime, courageuse fille. Alors que dans La princesse de la nuit Livvy, Tavvy et Ty sont en retrait dans ce tome deux ils prennent une place importante et indispensable. Ty est une des révélations de ce deuxième tome. En effet j’ai adoré sa manière de percevoir les humains. Il n’attend rien d’eux et il ne juge pas.  J’ai aussi particulièrement adoré le nouveau personnage de Kit, un voleur qui a grandi dans un danger constant. Cassie a créé un personnage très décalé et réaliste.

Un final bouleversant, j’ai encore une fois été surprise ! Chaque fois que je décrochais de l’histoire, Cassandra Clare a réussi à me rappeler pourquoi j’aime autant son univers et ses personnages.  Je suis encore une fois triste de quitte ce monde fabuleux de chasseur d’ombre.  Et j’attends sans surprise avec une grande impatience  « Queen of Air and Darkness » qui s’annonce mouvementer. 

17

« Il ferma les yeux pour chasser les reflets aveuglants de l’océan au loin et oublia la terre ferme sous ses pieds ainsi que le monde autour de lui. Seul comptait le contact réconfortant de cet autre corps contre le sien. »


Retrouvez : 

J’ai égaré la lune – Erwan Ji. Imaginer la pluie – Santiago Parajes Elle s’appelait Sarah – Tatiana De Rosnay

Publicités

Laisser un commentaire ! ♥

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s