Bonjour,

je vous souhaite la bienvenue sur mon blog ! Je suis très heureuse de vous présenter  mon nouveau joyau sur WordPress.  Je tiens à remercier Amande du blog  Novae  . Elle m’a beaucoup aidé dans la création et la mise en page.

Chaque semaine je posterais un nouvel article sur une lecture ressente. Je ferrais aussi des tags et des top 5.

Je vous aime fort !

Shirley

Publicités
J'ai lu

Outlander, Le voyage – Diana Gabaldon

1504360266-chronique

 

 

 

Article sur le tome 1 et

51UTuv3Yf+L._SX340_BO1,204,203,200_9Date de sortie: 11 février 2015
Éditions: J’ai lu
Thème: Historique
Prix: 17 euros

11

Vingt années se sont écoulées depuis le dernier périple de Claire dans l’Écosse du XVIIIe siècle. Si elle a refait sa vie en Angleterre, elle n’a jamais oublié son amour écossais, Jamie. Aussi, lorsqu’elle apprend qu’il a survécu à la sanglante bataille de Culloden, elle ose entreprendre une nouvelle fois le voyage en arrière dans le temps. À peine réuni, le couple est soumis à une série d’aventures qui va conduire Claire et Jamie jusqu’au Antilles où ils découvriront la dure réalité des colonies et de l’esclavage. Mais leur plus grand défi reste celui de réapprendre à se connaître après vingt ans de séparation forcée…

10

Un troisième opus que j’avais hâte de lire et l’arrivée de la saison 3 sur Netlfix m’a poussé à sauter le pas. Le voyage est quand même une petite brique de 1013 pages, de ce fait j’avais vraiment peur de me lancer.

Deux cents ans séparent Claire et Jamie. Claire espère toujours que Jamie est resté vie après Culloden. Avec l’aide de sa ville, Brianna et de Roger, elle va partir à la recherche du passé de son grand amour.

Quel plaisir de retrouver la magie d’Outlander après la fin de second tome qui m’avait retourné j’avais envie de retrouver les personnages. J’ai particulièrement aimé les trois cents premières pages, l’enquête que mène Claire au XXe est passionnante. La superposition des deux époques donne du nouveau à l’histoire et ses très appréciables. Le moment que j’attendais depuis le début de ma lecture, leurs retrouvailles. Et contre toute attente j’ai été très déçue, cela manquait de romantisme et de sensibilité.  A partir de ce moment j’ai été moins emportée par la suite des aventures de Claire et de Jamie. Déjà la mort de plusieurs personnages secondaires du tome un et deux m’ont un peu dérangé, j’avais l’impression de retourner à la casse départ. Cependant, l’évolution de la famille Fraser est un véritable choc émotionnel, un retour au passé très nostalgique.

Outlander est une véritable carte postale, les décors et les descriptions sont géniaux. J’avais l’impression d’être sur un bateau et d’admirer les paysages. L’intrigue est très bien ficelé et encore plus surprenante que la précédente. Diana Gabaldon a créé un univers fantastique, haut en couleur. Sa plume est très addictive même avec les longueurs que j’ai trouvé beaucoup plus pesantes au fil des pages. 

Claire et Jamie sont vraiment détestables ensemble, j’ai trouvé qu’ils étaient vraiment énervants. J’ai trouvé que Claire était légèrement naïve vis-à-vis de Jamie, elle se révèle être une femme et un médecin incroyable qui excelle dans son métier. Jamie est le personnage qui a le plus évolué, sa relation avec John Grey est très intéressante. Grey est d’ailleurs mon petit coup de cœur de ce troisième tome, j’ai adoré être le témoin de son évolution et sa relation avec notre héros.

Les 100 dernières pages sont incroyables. C’est un coup de maître de Diana Gabaldon, le fameux rebondissement que j’attendais depuis le début est arrivé et je me suis retrouvée à ne plus pouvoir lâcher notre lecture.  Encore une fois très frustrée de la fin qui donne envie de continuer de saga.

Pour conclure, je dirais que je suis mitigée même déçue pour ce tome que j’ai trouvé très bon mais monotone avec beaucoup trop de longueurs qui m’ont dérangé. Le voyage est légèrement en dessous des deux premiers tomes que j’avais énormément aimé.

14.jpg

« – Tu m’as donné un enfant, mo nighean don, dit-il quand je fus calmée. Nous serons toujours à travers elle, toi et moi.

Il m’embrassa doucement puis s’enfonça dans son oreiller.

– Brrriââânnâ, murmura-t-il encore. »


Retrouvez aussi:

les-ames-vagabondes-4119-264-432 7d213-la-cite-des-tenebres252c-les-origines252c-tome-1-l-ange-mecanique-378491-250-400 everything,-everything-941784-264-432

France Loisirs

Les âmes vagabondes – Stephanie Meyer

1504360266-chronique

les-ames-vagabondes-4119-264-4329Date de sortie: 3 mars 2010

Éditions: France Loisirs

Thème: Science-Fiction

Prix: 8 euros 60 (poche)

11

La terre est envahie. L’humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Mélanie Stryder vient d’être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l’être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu’elle ne peut pas oublier. L’amour pourra t-il la sauver ?

10

Les âmes vagabondes était dans ma PAL depuis un an, je l’avais trouvé dans une brocante en grand format pour 2 euros ! Stephanie Meyer a connu un grand succès avec sa saga Twilight que j’avais beaucoup aimé, j’avais très envie de lire un autre roman d’elle.

Vagabonde se réveille dans le corps de Mélanie, une jeune femme qui a était capturée par les Traqueurs alors qu’elle faisait partir d’un groupe d’humains qui se cachent encore des âmes. Vagabonde, grâce à ses nombreux voyages sur les autres planètes devient professeur d’histoire mais elle se rend compte que Mel vit encore en elle et qu’elle veut résister pour retrouver l’homme de sa vie et son petit frère. Les deux jeunes femmes vont vite réussir à cohabiter pour réussir à échapper aux traqueurs.

Un début très compliqué mais après 300 pages j’ai commencé à apprécier l’histoire. Le fait que je pensais que j’allais retrouver un peu le même style d’histoire de Twilight m’a un peu handicapé. En effet les âmes vagabondes n’est pas destiné à la jeunesse, l’univers est beaucoup plus complexe et travailler et la plume de Stephanie Meyer est plus mature. Donc de ce fait j’ai eu beaucoup de mal à m’acclimater à la nouvelle plume de l’auteure et à son univers.

L’action n’est pas précédente dans chaque chapitre mais cela ne m’a pas particulièrement dérangé, j’ai trouvé que l’intrigue et l’univers étaient merveilleusement bien ficelés. L’évolution des personnages vis-à-vis de Vagabonde est très intéressante et sympathique même si j’aurais aimé moins de description par moments.

Le point fort on peut dire que c’est les personnages, Vagabonde se révèle être une héroïne très affectueuse que j’ai beaucoup aimé mais à force de se laisser marcher dessus et de faire passer le bonheur des autres avant le sien car elle n’est pas humaine était un peu ennuyant. Ian est le personnage masculin que j’ai le plus aimé, il a son côté un peu trop parfait qui m’a déranger  déranger quelques fois. Cependant la relation Mélanie Jared était ennuyante, elle était vraiment monotone et j’ai même trouvé les deux personnages moyens contrairement à Vagabonde et Ian qui sont géniaux. Les personnages secondaires sont aussi exceptionnels comme Jeb le plus intelligent, il ne critique personne, il n’a pas de préjugé. J’ai trouvé ce personnage  très intéressant….

Je ressors de ma lecture très contente, je ne regrette pas de l’avoir sorti de ma PAL car cela a été une très bonne découverte. Stéphanie Meyer m’a montré encore une fois qu’elle était talentueuse, et qu’elle pouvait se diversifier ! Sa plume est très agréable et addictive. Une fin imprévisible que j’ai adoré, même si le roman est lent j’ai beaucoup aimé ce côté du roman. Le film est moins bon que le roman mais il est sympathique à regarder.

Une nuée de papillons s’envolent dans mon estomac, me coupent le souffle. Mes mains, par réflexe, se referment sur lui. Je sens la tiédeur de sa joue, ses cheveux drus dans sa nuque. Mes doigts découvrent, à la limite du cuir chevelu, une portion de peau meurtrie, une cicatrice hideuse…14

« Une nuée de papillons s’envolent dans mon estomac, me coupent le souffle. Mes mains, par réflexe, se referment sur lui. Je sens la tiédeur de sa joue, ses cheveux drus dans sa nuque. Mes doigts découvrent, à la limite du cuir chevelu, une portion de peau meurtrie, une cicatrice hideuse… »


Retrouvez: 

7d213-la-cite-des-tenebres252c-les-origines252c-tome-1-l-ange-mecanique-378491-250-400everything,-everything-941784-264-432   téléchargement (4)

 

Séries / Films

ATYPICAL

1504360266-bilan-serie

J’ouvre une nouvelle catégorie sur mon blog, je voulais le faire depuis un an mais je n’ai jamais pris vraiment le temps. Aujourd’hui je vais vous parler de Atypical (Atypique) , une série Netflix sortie au mois d’août.
3-3.png

Synopsis: Sam est un jeune adulte atteint d’autisme de 18 ans. En quête d’indépendance, il cherche une petite amie et se questionne sur la normalité.

Information: Atypical est une comédie, la première saison contient 8 épisodes d’environ 30 minutes. Une deuxième saison est normalement prévue.

atypical-poster-slice-600x201

Si je devrais qualifier cette série en quelques mots, je dirais : Drôle, émouvant, sincère, unique. J’ai adoré cette série car j’ai trouvé qu’elle était innovante, moi personnellement je ne connais pas série qui parle de l’autisme. En plus de cela j’ai trouvé génial qu’on parle d’une « maladie » sans en pleurer, les personnages sont toujours dans l’autodérision. Sam est incroyablement touchant et surtout il fait rire. Enfin je trouve que le casting est très bon, pour une première saison les acteurs jouent très bien sans faire de fausse note. Je vous conseille cette série à 100 % !

atypical-netflix-premiere-date-video-keir-gilchrist

Une seule chose, vivement la saison 2.


 Retrouvez:

TAG : PKJ de l’été  TOP 5 : Mes PKJ favoris.  Bilan : 6 mois.

Le livre de Poche

J’étais là – Gayle Forman

1504360266-chronique

7d213-la-cite-des-tenebres252c-les-origines252c-tome-1-l-ange-mecanique-378491-250-400

9

Date de sortie: 9 septembre 2015
Éditions: Livre de poche / Hachette
Thème: Jeunesse
Prix: 7 euros 90

9

Cody à dix-huit ans. Elle n’a pas de père, une mère barmaid constamment en minijupe, et un avenir pas très rose depuis qu’elle a été recalée de l’université de Seattle, qui aurait pu lui permettre de quitter enfin son « Shitburg » natal. Mais tout empire le jour où Meg, sa meilleure amie, sa sœur de cœur, se suicide en avalant une dose massive de poison dans un motel non loin de la fameuse fac où, brillante boursière, elle avait été acceptée. Lorsque les parents de Meg demandent à Cody d’aller récupérer les affaires de leur fille, celle-ci s’embarque pour Seattle, avec la ferme intention d’en savoir plus sur le geste de son amie.

10

Amandine du blog Novae m’a offert J’étais là pour Noël. Moi comme Amandine nous savons que Gayle Forman est une valeur sûre étant donné que nous avons lu ensemble Là où j’irai l’année dernière. Par conséquent avec Jade du compte Instagram Horsdutemps, nous avons fini ce roman depuis début août. J’étais tellement ravie de découvrir un autre roman de cette auteure et que le résumé était tellement alléchant que je n’ai pas pensé une seconde que cela aller être une déception.

Cody a 18 ans, elle vient de perdre sa meilleure amie qui s’est suicidée alors qu’elle avait une vie de rêve comparait à elle. Elle décide d’enquêter avec l’ex petit ami de Meg qui a l’air d’être le suspect numéro un sur cette mort surprenante.

J’étais là est un roman que j’ai apprécié, cependant il m’a manqué l’émotion. Il est très lent avec beaucoup de longueur et de temps mort alors que le sujet aurait pu être abordé différemment. Jusqu’au moment où Cody découvre la solution finale et qu’elle cherche à découvrir celui qui parlait à Meg, j’ai trouvé les échanges de SMS très intéressant et intense.  

Les personnages sont très plats, je n’ai pas réussi à m’identifier à eux car j’ai trouvé qu’ils ne dégageaient aucune émotion.  Cody est très froide et j’avais l’impression qu’elle était vexée par le fait que Meg ne lui est rien dit qu’attristait par sa mort. J’ai beaucoup eu de mal à la cerner comme Ben d’ailleurs que j’ai trouvé parfait et touchant mais sans caractère. Cependant j’ai trouvé que la relation des deux personnages a été traitée trop rapidement, elle était vraiment sans goût. Alors que Gayle Forman m’a habitué à beaucoup mieux avec Si je reste qui est une histoire d’amour intense.

L’intrigue est bien ficelée et le scénario intéressant mais la fin est décevante. Mes yeux se sont écarquillés quand j’ai lu le dénouement final, je m’attendais à être choquée par la fin mais non elle était sans intérêt. J’aurais largement préféré que Gayle Forman reste sur une fin ouverte.

Je ressors de ma lecture déçue de Gayle Forman, pourtant elle a une écriture fluide et ses romans sont intéressants dans l’ensemble mais elle est redescendu dans ma liste de mes auteurs favoris. De plus j’ai l’impression qu’elle s’était un peu reposée sur ses acquis depuis Si je reste.  Malheureusement je n’ai pas retrouvé la magie de ses autres romans. 

12.jpg

« La mort de Meg est une catastrophe, une gâchis sans nom. Il n’empêche, je ne veux pas te perdre à cause des circonstances merdiques dans lesquelles je t’ai rencontrée. »


Retrouvez:

everything,-everything-941784-264-432    téléchargement (4)  couv12881145

Bayard

Everything Everything – Nicola Yoon

1504360266-chronique

everything,-everything-941784-264-4329

Date de sortie: 6 avril 2016

Éditions: Bayard

Thème: Contemporain

Prix: 16 euros 90

11

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle« . En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

10

Je me suis obligée à lire Evrything Everything en moins de 24 heures avant de voir son adaptation cinématographique qui m’a vraiment déçue d’ailleurs.

Madeline est atteinte d’une maladie rare, elle a 18 ans mais elle n’est jamais sortie de chez elle. Elle rêve d’avoir une autre vie que la sienne alors qu’elle est continuellement entourée de Carla, son infirmière et de sa mère médecin. Mais sa rencontre avec Olly va bouleverser sa vie bien organisée.

Everything everything n’a pas été un coup de cœur auquel je m’attendais. En effet j’ai trouvé que le roman manque de crédibilité du fait qu’il  y a très peu de descriptions et de détails. Cependant le texte est très fluide et frais,  il est agrémenté de citations et d’illustrations qui m’ont énormément plu cela m’a permis de tourner les pages rapidement sans être lassant.

Le thème principal reste toujours en surface, j’aurais aimé en savoir plus sur la maladie de Madeline même si roman est destiné aux adolescents. Cependant j’ai trouvé que le thème de la maladie de l’enfant bulle était original étant donné qu’il est très peu utilisé dans la littérature.

Dès le début j’ai été envoûtée par la romance entre Madeline et Olly qui est très mignonne, fraîche même avec ses clichés. Mais j’ai trouvé que la relation s’est construit beaucoup trop vite. Le manque d’action et les longueurs ne m’ont pas dérangé, l’attente d’un rebondissement donne de l’énergie et du suspense au roman. Toutefois j’aurais aimé avoir des personnages plus charismatiques et moins plats. Néanmoins notre  protagoniste reste souriante et pleine de joie même avec les épreuves de la vie. Olly est trop parfait donc pas crédible, j’avais l’impression dans certaines scènes d’avoir un remake d’un comte de fée. Je ne me suis pas autant attachée aux personnages comme je l’aurais voulu malheureusement, encore une fois à cause du manque de détails et de description.

Heureusement qu’il n’y a pas que la maladie et la romance, Olly cache un secret. Et là aussi j’aurais aimé en avoir plus, j’aurais aimé que Olly se confit beaucoup plus à Madeline même si il voulait la protéger ! J’ai l’impression que Nicola Yoon a bâclé son bouquin, et qu’il s’est facilité la vie car Eeverything everthing est un roman destiné pour les adolescents.  De plus sa plume n’est pas transcendante même si elle reste très addictive. 

Pour conclure, j’ai adoré ma lecture mais le dénouement final manque cruellement de crédibilité. Pour moi cette fin est complètement absurde, décevante et manque de profondeur.  Le film est très décevant, il ne m’a pas ému une seule seconde alors que le livre est une tornade d’émotion.

17

« J’étais heureuse avant de le rencontrer. Mais à présent je suis vivante, ce qui est totalement différent. »


Retrouvez :

téléchargement (4)   couv12881145   couv75183323

bilan lecture

Bilan : Challenge été 2017

1504360266-bilan-lecture.png

Mon but de cet été était de lire 13 romans, j’avais même fait un article à ce sujet. Mon moins de juin a été très faible mais je me suis rattrapée en juillet et août.

 

Juin : 731 pages

  • Reine&Préférée – Kiera Cass 
  • Supplément au voyage de Bougainville – Denis Diderot
  • Le labyrinthe, tome 1 – James Dashner

Juillet : 2541 pages

  • Carry On – Rainbow Rowell
  • Harry Potter, la coupe de feu – J.K Rowling
  • La belle et la bête (BD)
  • Cress – Marissa Meyer
  • Hopeless – Colleen Hoover

Août : 2077 pages

  • J’étais là (I was here) – Gayle Forman
  • Les chroniques de Bane, tome 1 – Cassandre Clare
  • Le Tartuffe – Molière 
  • Les âmes vagabondes – Stephanie Meyer
  • Everything Everithing – Nicola Yoon
  • Pauline – Alexandre Dumas
  • Levana – Marissa Meyer

J’ai donc lu 15 romans qui est plus que mon but de départ mais j’ai modifié ma liste de lecture. Je n’ai pas lu : Avant toi et j’ai abandonné Love letter to the dead. Cependant je suis en train de lire Outlander que j’ai commencé en août.



 ♥

Fleuve éditions

Hopeless – Colleen Hoover

1504360266-chronique

téléchargement (4)9.jpgDate de sortie: 2 octobre 2014

Éditions: Fleuves Editions

Thème: Romance

Prix: 18 euros 50

11

Sky, 17 ans, vit avec sa mère adoptive Karen. Elle débute sa dernière année de lycée dans un nouvel établissement où elle ne connaît quasiment personne. Peu importe, de toute façon, Sky ne ressent aucune émotion depuis son enfance. Alors, quand elle croise Holder, elle est surprise de l’effet qu’il produit sur elle. D’autant que ce garçon croit la connaître, alors qu’elle n’a aucun souvenir de lui…

10

Colleen Hoover est vraiment une valeur sûre, j’avais déjà lu Ugly love que j’avais adoré. C’est roman sont simples et lèges et j’avais très envie de lire un autre roman d’elle.

Sky vit avec sa mère adoptive et cette année elle décide d’aller au lycée et d’arrêter les cours particuliers. Sky se rend au supermarché, elle tombe nez à nez sur Holder, un garçon qu’elle trouve séduisant. Pourtant elle est sortie avec plusieurs garçons mais jamais un garçon ne lui a fait un tel effet.  De plus Holder croit la connaître, il la confond avec une autre fille et lui demande même sa carte d’identité…

On peut séparer Hopeless en deux parties. Et dès le début j’ai été emballée par la première partie même si elle reste assez banale. On rentre doucement dans une romance qu’on sait dès le début compliqué.

Hopeless est passé à deux doigts du coup de cœur, mais la fin que je n’ai  pas trouvée crédible, m’a déçu. J’ai adoré et ensuite banalisé cette romance, la première partie est vraiment géniale, on retrouve une romance intense qui m’a donné des frissons. Cependant la deuxième partie manque de crédibilité, on découvre que Sky a vécu une enfance traumatisante et qu’elle cache un terrible secret,  j’ai trouvé que l‘intrigue n’était pas très bien ficelé mais elle reste originale et bien pensée. Toutefois j’aurais aimé qu’elle soit plus détaillée et que Colleen Hoover rajoute une cinquantaine de pages pour qu’on est une approche moins brute de la révélation finale.

Hopeless m’a chamboulée, il nous entraîne dans un véritable ascenseur émotionnel. Je n’ai pas pu lâcher mon bouquin avant la fin, une fois que j’étais dans l’histoire.  J’ai beaucoup apprécié les flash-back de l’enfance de Sky que j’ai trouvé très intéressant et qui donne du rythme au roman.

Holter n’est pas parfait et son côté réel et accessible m’a fait craquer. Il m’a totalement conquise, il m’a ému sous ses airs de bad-boy mystérieux. On découvre un garçon qui n’a pas toujours eu une vie parfaite. Sky est une protagoniste très froide mais terriblement attachante à cause de son enfance. Mais j’aurais aimé qu’elle soit beaucoup moins stéréotypée.

Pour conclure, Hopeless est une excellente lecture, très émouvante. Colleen Hoover m’a encore une fois conquise et m’a montré qu’elle est une auteure incontournable de la littérature pour adolescents. Je vais bien sûr me plonger dans un autre de ses romans avec joie.

15

« Vu comment le courant passe entre nous, à un moment ou à un autre on va finir par s’embrasser, c’est évident. Seulement, c’est dur de se concentrer sur l’instant présent et d’être à fond dans la discussion alors que je n’ai que cette idée en tête. »


Retrouvez:

couv12881145 couv75183323 91nqokzuvdl